Lectures

Pour voir nos choix, cliquez sur les sous-pages (organisées par thèmes) .

 

 

Actualités :Delphine de Vigan 2

Delphine de Vigan remporte le prix Goncourt des lycéens

Delphine de Vigan a reçu le prix Goncourt des lycéens pour son roman D’après une histoire vraie, paru chez JC Lattès.

L’annonce a été faite en direct de l’opéra de Rennes où s’étaient réunis une dernière fois les 13 jurés lycéens. Le président du jury des lycéens, Corto Courtois, lui a annoncé la nouvelle par téléphone. «Merci, je suis très heureuse et très surprise, merci beaucoup aux lycéens qui ont voté pour moi. C’est un très beau prix», a commenté Delphine de Vigan.

Quelque 2000 élèves de 53 lycées, issus de classes de seconde, première ou terminale, généralistes ou professionnelles, ont eu deux mois pour lire 14 romans sélectionnés par l’Académie Goncourt qui a, elle, décerné son prix à Mathias Enard pour «Boussole» (Actes sud) le 3 novembre.

Delphine de Vigan qui a également eu le prix Renaudot cette année succède à David Foenkinos pour Charlotte, en 2014.

 

Delphine de Vigan et son double

Avec « D’après une histoire vraie », l’auteur de « Rien ne s’oppose à la nuit » réussit une horrifique confession en trompe-l’oeil.

Delphine de VIGAN, ici chez elle en 2011. (©JEROME MARS/JDD/SIPA)

A chaque rentrée littéraire, le débat resurgit : pourquoi les éditeurs s’obstinent-ils à faire figurer l’appellation «roman» sur les couvertures de récits ouvertement biographiques ou autobiographiques? Et pourquoi effacent-ils si facilement la vieille frontière séparant la fiction de la non-fiction, opposant l’imaginaire au réel?

A sa manière, astucieuse, audacieuse, vertigineuse, et surtout inédite, Delphine de Vigan y répond. On lit en effet son roman comme une longue confession, où tout sonne apparemment juste. Elle est écrivain, elle a deux grands enfants, elle partage la vie et parfois la maison de campagne de François Busnel, l’animateur de «la Grande Librairie», et elle n’a rien publié depuis l’encombrant, étouffant succès, en 2011, de «Rien ne s’oppose à la nuit», où elle racontait le suicide de sa mère bipolaire. Un livre après lequel Delphine, brisée et paniquée, a perdu le goût d’écrire, l’envie d’inventer des histoires.

C’est dans cette période de doute et de déréliction qu’elle rencontre «L», une femme de son âge, charmeuse et charmante, nègre de profession (elle rédige des Mémoires de stars), «mystérieux mélange de mouvement et d’apparat», qui d’abord la séduit et ensuite la vampirise. Elle/L déménage bientôt chez Delphine, y tisse sa toile, fait le vide autour de sa protégée et victime, s’empare de son ordinateur, répond en son nom à ses mails, règle ses factures, lui ordonne de jeter son projet de roman sur le monde de la téléréalité et de ne plus écrire que sur soi, de ne dire que la vérité.

Delphine, qui reçoit au même moment de très violentes lettres anonymes l’accusant d’avoir tiré profit de son drame familial dans son livre précédent – «tu as vendu ta mère et ça t’a rapporté gros» –, est trop fragile pour résister. Elle se laisse envahir, dévorer, enchaîner par celle qui se prétend sa meilleure amie depuis l’époque où elles auraient fréquenté la même khâgne du même lycée, mais qui se révèle être son bourreau à la fois psychologique, domestique et littéraire. Une ultime virée dans la maison de François Busnel, alors en reportage aux Etats-Unis, finit de transformer cette autofiction lapidaire à la Doubrovsky en thriller horrifique à la Stephen King. Et «L» en incarnation tyrannique d’un surmoi assassin.

Pour l’auteur de « No et moi », qui cite Jules Renard, «dès qu’une vérité dépasse cinq lignes, c’est du roman». En somme, se souvenir, c’est déjà se mentir. Et se raconter, fût-ce avec la plus grande sincérité, c’est toujours fabuler. Même si l’on ne partage pas ce sentiment, on ne peut qu’être épaté par l’art et la vigueur avec lesquels Delphine de Vigan fait prendre à sa théorie le risque du réel. Et impressionné par ce vrai-faux roman tout en abyme, en trompe-l’oeil, en suspens, où « Je » est un autre et dont l’auteur sort exsangue. Le lecteur, aussi.

Jérôme Garcin

D’après une histoire vraie, par Delphine de Vigan,
JC Lattès, 480 p., 20 euros

 

 

Album Jeunesse

  Comment ratatiner les méchantes maîtresses Catherine LEBLANC et Roland GARRIGUE 11 €-Editions Ptit Glénat Toutes les maîtresses d’école sont parfaites, elles sont belles, gentilles et vous apprennent plein de choses passionnantes. Il semble pourtant que certaines d’entre elles montrent quelques défauts. Avec ce livre, les jeunes élèves vont découvrir tous les secrets des méchantes …

Voir la page »

BD (Ados-Adultes)

Là où vont les fourmis Plessix et Le Gall 18 €-Editions Casterman Au milieu du désert, dans un village, le jeune Saïd observe minutieusement la marche des fourmis avec toujours une question en tête : où peuvent-elles donc aller? Sa mère lui ayant interdit de dépasser la fontaine située à quelques mètres de leur maison, …

Voir la page »

Beaux livres

Les secrets de Paris illustrés Clémentine Portier-Kaltenbach 24.90 €-Editions Vuibert Le temps d’une promenade en ville ou en rêve, on se laisse entraîner par le talent de conteuse de Clémentine Portier-Kaltenbach. À travers de brèves chroniques agrémentées d’illustrations pittoresques dans la grande tradition de la gravure française, elle dévoile avec bonheur et drôlerie cette mémoire …

Voir la page »

Coup de coeur

Pépite de la rentrée littéraire 2017 « Je vous sauverai tous » d’Émilie Frèche    éditions Hachette . Émilie Frèche a déjà  obtenu le Prix Orange du Livre 2013 pour son magnifique roman Deux étrangers, Actes Sud. Dans ce roman choral à trois voix, Émilie Frèche dénonce, avec le talent qu’on lui connaît, l’embrigadement par Daesh d’une jeune …

Voir la page »

Documents

Le goût des livres Collectif   Editions Mercure de France C’est un petit livre qui raconte l’objet livre, sa texture, son apparence, son odeur, sa forme,  davantage que son contenu, ses fonctions, son évolution, sa transformation. Ici, ce sont bien ceux qui le connaissent le plus qui en parlent le mieux ; à savoir des écrivains, …

Voir la page »

Essais

Le pouvoir au féminin Marie-Thérèse d’Autriche 1717-1780  Elisabeth Badinter Élisabeth Badinter exhume l’histoire de l’impératrice-reine Marie-Thérèse d’Autriche (Flammarion) dans le captivant portrait d’une femme d’influence au XVIIIe siècle, qui sut concilier maternité, amour et pouvoir absolu. Marie-Thérèse d’Autriche, connue en France pour être la mère de Marie-Antoinette, fut avant tout une grande figure tutélaire de …

Voir la page »

Plume locale

Peintre dans les tranchées – René Demeurisse Nathalie Sokolowsky – Demeurisse       en savoir plus 23 €-Editions Imago Mobilisé en 1914, après une formation de mitrailleur, René Demeurisse part pour l’Argonne en 1915. Jeune peintre, il ne cesse de dessiner au cours de ses 45 mois de tranchées, nous offrant ainsi une riche illustration …

Voir la page »

Poche

La mémoire des embruns Karen Viggers  Editions Le livre de poche La santé se dégrade, elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les …

Voir la page »

Policier

Les vieilles peaux Danièle Ohayon 18€-Lemieux éditeur Danièle Ohayon campe son univers de fausse douceur, de lumière mouillée et de perversité. Autour de la Maison des Dames et du personnage central, la toubib humaniste Mars Catalano, se déploie une histoire vénéneuse où le théâtre des apparences perd délicieusement le lecteur. Des terres de l’Aisne à …

Voir la page »

Roman

Nouvelles à croquer Brigitte Cassette Editions à contresens 180 pages Prix : 15 € Pourquoi la fermeture d’une pâtisserie bouleverse-t-elle la vie d’une gourmande ? Comment un rêve pourrait-il mettre fin à une existence bien rangée ? Quelle surprise nous réserve cet étrange concours de mousse au chocolat ? Tels sont quelques-uns des thèmes joyeusement abordés par Brigitte Cassette …

Voir la page »

Roman Jeunesse

Brume d’Ange – Nos totems ennemis : « Brume d’Ange »… Un phénomène météorologique ? Une croyance séculaire ? Non, seulement mon prénom. Vous trouvez cela étrange ? Si vous saviez, ce n’est pas la seule chose étrange dans mon existence ! Car, depuis quelques jours, adieu ma vie d’adolescente ordinaire, et bonjour les légendes amérindiennes, les …

Voir la page »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.